Lettre à Rona Ambrose au sujet de l’édifice MacDonald

Selon un article en couverture du Ottawa Citizen publié le jeudi 28 février 2013, des pierres provenant des États-Unis seront utilisées pour l’agrandissement de l’édifice MacDonald (ancien édifice de la Banque de Montréal), au lieu de pierres canadiennes. Le 8 mars, le Comité administratif du MHO a rédigé une lettre destinée à Rona Ambrose, ministre des Travaux publics et services gouvernementaux du Canada, suggérant l’emploi de pierres Queenston Limestone de Niagara-on-the-Lake.

Voir une copie de la lettre ci-dessous.

[trad.]

Chère ministre Ambrose,

Le Musée de l’histoire ouvrière est heureux que le gouvernement soit en train de rénover l’ancienne Banque de Montréal, au 144, rue Wellington. Toutefois, nous sommes inquiets d’apprendre que le gouvernement pourrait utiliser de la pierre provenant des États-Unis pour le prolongement de l’édifice Sir John A. MacDonald, au lieu d’utiliser des pierres canadiennes.

Nous croyons que le gouvernement devrait utiliser les pierres Queenston Limestone de Niagara-on-the-Lake pour les raisons suivantes :

• Les pierres Queenston ont été utilisées originellement pour la construction de l’édifice principal.
• Il y a un principe patrimonial qui suggère que le travail effectué sur des propriétés d’importance culturelle devrait se faire avec de la pierre provenant de la carrière d’origine. Nous estimons qu’il s’agit d’une propriété d’importance culturelle.
• Les pierres étasuniennes peuvent être similaires, mais elles ne sont pas les mêmes. Avec le temps, il faudra s’attendre à un effritement différent de celui sur les pierres canadiennes. Le prolongement et l’édifice principal seraient différents si de la pierre étasunienne était utilisée.
• Il est préférable que le travail dans la carrière et le travail relié soient effectués par des ouvriers canadiens, au Canada, plutôt que par des ouvriers dans un pays étranger.
• La différence de prix n’a pas été rendue publique, mais il semblerait que la pierre étasunienne serait moins chère. Toutefois, nous estimons que le coût total ne devrait pas être un facteur décisif.
• Ce qu’il en coûterait au total au gouvernement canadien serait réduit si les travailleurs dans les carrières et dans les métiers reliés paient des taxes au gouvernement canadien, plutôt qu’à un gouvernement étranger.
• Julian Smith, architecte en conservation qui a été consulté par le gouvernement pour le chantier et qui a une grande expérience parlementaire, affirme, selon un récent article du Ottawa Citizen, que la pierre Queenston serait le choix évident.

Nous vous demandons expressément de prendre les mesures nécessaires pour que la pierre Queenston soit utilisée pour cet important projet de notre patrimoine.

Traduit par Ivan Videnov