Nancy Greene Raine

May 11, 1943, Ottawa, Ontario

Nancy Greene est la première athlète canadienne à remporter une médaille d’or olympique au slalom géant. Nancy naît dans une famille de passionnés de ski. Durant sa tendre enfance, Nancy et sa famille s’installent en Colombie-Britannique. Dès l’âge de trois ans, Nancy y découvre une passion pour le ski, un sport qui occupe encore une place importante dans sa vie.

La jeune athlète recevra le surnom « The Tiger » (« la tigresse ») pour son attitude de fonceuse. Nancy commence à skier en compétition à l’âge de 13 ans. En 1959, elle devient membre de l’équipe nationale canadienne de ski. À 17 ans, elle participe à ses premiers Jeux olympiques – les Jeux olympiques d’hiver de 1960, qui ont lieu à Squaw Valley, en Californie. Elle retourne sur les pentes olympiques aux Jeux de 1964 à Innsbruck, en Autriche, et aux Jeux de 1968 à Grenoble, en France, où elle remporte trois médailles : l’or au slalom géant et au slalom, et l’argent en combiné.

Nancy prend sa retraite du ski de compétition après les Jeux olympiques de 1968, elle n’abandonne pas pour autant sa passion pour le ski. Elle contribue activement à l’industrie touristique du ski en Colombie-Britannique, notamment à titre de présidente d’honneur de la Nancy Greene Ski League, un organisme mis sur pied par son époux. Le couple participe également au développement des stations de ski Whistler-Blackcomb et de Sun Peaks; elle demeure directrice du ski de cette dernière.

Tout au long de sa vie, Nancy fait la promotion d’un mode de vie actif et prône la participation – plutôt que la compétition – des enfants au sport. La promotion de ces causes l’amène à devenir membre du Groupe de travail fédéral sur le sport pour les Canadiens et Canadiennes. En 2004, elle devient chancelière de l’Université Thompson Rivers, et en janvier 2009, Nancy est nommée au Sénat du Canada, où elle représente la région de Thompson-Okanagan-Kootenay. À titre de sénatrice, elle siège aux comités des peuples autochtones, des pêches et des océans et des affaires sociales, des sciences et de la technologie. L’une de ses réalisations les plus appréciées a été de déclarer le premier samedi de juin la Journée nationale de la santé et de la condition physique. Nancy quitte le Sénat le 11 mai 2018.

Encore aujourd’hui, les Canadiens et les Canadiennes reconnaissent Nancy comme l’une des plus grandes athlètes du pays. Nommée Athlète canadienne de l’année à deux reprises, soit en 1967 et en 1968, elle reçoit le titre d’Athlète féminine canadienne du siècle en 1999. Nancy est nommée Officier de l’Ordre du Canada ainsi que décorée de l’Ordre de Dogwood en 1968 et de l’Ordre de la Colombie-Britannique en 2004. Elle détient également trois diplômes honorifiques, soit du Collège universitaire des Cariboo, de l’Université Royal Roads et de l’Université Simon Fraser. En 1972, le parc provincial Nancy Greene, près de Rossland, en Colombie-Britannique, est nommé en son honneur. Nancy profite de la vie à la station Sun Peaks, où elle habite et continue de skier.